La peur…

La peur, c’est bien le symptôme qui m’embête le plus actuellement.

Le diagnostic de maladie de Parkinson m’a été annoncé il y a maintenant presque 1 an. Les premiers symptômes gênants se sont imposés à moi à peine quelques mois avant ce diagnostic. En effet, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer ici, j’ai eu la chance d’être tout de suite écoutée et prise au sérieux par ma neurologue. Le fait de présenter des symptômes tout à fait typiques, associé au fait de présenter une forme familiale de la maladie, m’ont permis d’échapper aux situations d’errance diagnostique dont souffrent souvent les personnes jeunes.

Pour moi, actuellement, les choses sont relativement faciles d’un point de vue physique. De petites pilules bleues trois par jour, sans effet secondaire, un tremblement devenu quasiment inexistant, des crampes et sensations de raideur musculaire très discrètes et ponctuelles, et un odorat fluctuant selon les jours: voilà la réalité qui est la mienne pour le moment. Pas de quoi en faire un drame me direz-vous.

Par contre, il y a bien un symptôme qui parfois m’envahit jusqu’à me pourrir la vie. J’ai nommé la peur. La peur du futur, la peur de perdre le contrôle, la peur d’être enfermée, la peur de ne plus pouvoir être moi, la peur d’être différente, la peur d’être un poids pour mes proches …

RNST – Blue Ketchup – @rnst_art

C’est contre ce symptôme que je pars donc en guerre. A coup de méditation, de thérapie, de lectures, de mantras que je me récite tout au long de la journée, à coup de baisers tous doux et si réconfortants dans le cou de mes enfants …

Ces derniers mois m’auront permis de me rendre compte que cette peur m’est finalement familière. Elle m’a en fait toujours accompagnée, tapie dans l’ombre, sortant parfois, souvent, pour me bloquer dans mes projets et mes envies. Ne serait-ce d’ailleurs pas dans la lutte contre ces blocages que mon cerveau s’est épuisé ? A tant produire de dopamine dans des projets et des envies tous plus fous les uns que les autres mais dont la plupart n’ont pas vu le jour à cause de cette foutue peur, n’aurait-il pas décidé de désormais ne plus se faire avoir et de fonctionner à l’économie?

Et si l’apparition de cette maladie dans ma vie était finalement une chance? Un signe envoyé de moi à moi-même pour me signifier qu’il ne faut plus avoir peur!

C’est donc décidé, mon futur s’arrête à la fin de la journée en cours, je profite de l’instant présent comme je ne l’ai jamais fait auparavant, je profite de la vie, et si une envie ou un projet se décide à pointer le bout de son nez, et bien je fonce. Je m’occuperai des remords et des regrets en temps voulu s’il y a lieu d’en avoir.

« Même pas peur! »

Et vous, comment combattez-vous la peur ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :